A la rencontre d’aniComic : un voyage en France à la pointe de l’innovation [中文]

Interview de Claire Chen, co-fondatrice avec Neil Lai d’aniComic, start-up taiwanaise qui a créé une application de création, de publication et de partage de bandes-dessinées sur mobile.

AniComic a été la première start-up taiwanaise sélectionnée par The Bridge, l’accélérateur de la French Tech Culture Avignon Provence. aniComic a bénéficié d’un « living lab » de quatre semaines organisé par The Bridge et financé par le Ministère de la culture de Taiwan. Ce programme est la concrétisation du premier atelier « culture et innovation France-Taiwan : présentation de la French Tech Culture Avignon Provence » qui a eu lieu à Taipei, du 20 au 22 avril 2016, organisé par le Ministère de la culture de Taiwan et le Bureau français de Taipei avec la participation de III/MIC.

JPEG
Claire Chen avec la maire d’Avignon, Mme Cécile Helle crédit : Mairie d’Avignon

A quelle occasion avez-vous découvert la French Tech Culture Avignon Provence, comment avez-vous connu l’existence de The Bridge, l’accélérateur de la French Tech Culture Avignon Provence ?

C’était en avril 2016, à l’occasion de l’atelier dédié au programme French Tech Culture qui a eu lieu à Taipei (Taïwan), que nous avons rencontré M. Jean-Marc Roubaud et M. Jean-François Cesarini. Ce dernier, membre fondateur et directeur de French Tech Culture, avait proposé un discours sur le thème « Le Festival d’Avignon, laboratoire pour les nouvelles technologies : naissance de ‘La French Tech Culture’ » alors que le premier, président du Grand Avignon et maire de Villeneuve-lès-Avignon, nous a appris « La culture, les nouvelles technologies et la politique de la ville : l’exemple d’Avignon ». A travers ces deux discours, nous avons appris à connaître la French Tech Culture Avignon Provence ainsi que le projet « Living Lab ».

JPEG
Claire Chen au salon Viva Tech. Crédit : aniComic

Pour quelles raisons aniComic a proposé sa candidature au Living Lab organisé par The Bridge ? Quel était votre but en allant en France ?

AniComic est un système de publication numérique. Il propose aux créateurs des outils d’édition pour qu’ils puissent publier leurs créations sur un smartphone et puis les partager avec tous les lecteurs intéressés. L’idée d’aniComic correspond à l’objectif que souligne la French Tech Culture : créer des liens entre la technologie et la culture. Ainsi, le projet Living Lab nous paraît une occasion privilégiée pour tester et améliorer l’application.

La France est numéro un en Europe sur le plan de la bande dessinée, ainsi qu’un pays développé avec la richesse de son histoire, son art et sa culture. De plus, nous souhaitons nous inspirer de la vitalité et la créativité du Festival d’Avignon. En effet, suite à la participation au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, nous attendons toujours de mieux connaître la culture française ainsi que la demande des créateurs et des lecteurs sur le marché en France.

JPEG
Session de mentorat avec le Crédit Agricole crédit : III/MIC

Qu’est-ce que ce Living Lab vous a permis de faire concrètement pendant ces trois semaines à Avignon ?

D’une part, nous assistions à des événements prévus dans le programme que nous a proposé le projet Living Lab : le salon Viva Tech ; le projet de recherche sur des utilisateurs en collaboration avec l’Université d’Avignon ; la présentation d’aniComic au Village du OFF à la Ministre de la Culture, Mme. Audrey Azoulay, et au Maire d’Avignon, Mme. Cécile Helle ; la table ronde avec Orange ; les conférences présentées par des divers experts ; les échanges avec des équipes d’innovation, etc. D’autre part, les membres de The Bridge ont organisé spécifiquement pour nous une visite avec des librairies locales de bande dessinée. De plus, ils nous ont fait connaître les collaborateurs potentiels, et invité des spécialistes pour nous donner des conseils sur des réglementations en ce qui concerne la création et la publication au sein de l’Union Européen.

JPEG
AniComic avec les autres participants du Living lab et, premier rang, Jean-Marc Roubaud (gauche) et Jean-François Césarini (droite) Crédit photo : AniComic

The Bridge a-t-il été un accélérateur efficace pour aniComic ? Quelles similitudes et quelles différences de méthode entre l’accompagnement des startups à Taïwan et l’accompagnement des startups en France ?

The Bridge est un accélérateur excellant qui nous a assuré un accompagnement tant en externe qu’en interne.

En externe, The Bridge organisait notre participation au salon Viva Tech, dans lequel nous avons appris des idées et l’attitude qu’adoptent le gouvernement français et les Français vis-à-vis de l’industrie d’innovation, ainsi que la vision macroscopique des politiques en question et le fort dynamisme dans leur mise en œuvre. En effet, c’est beaucoup de surprises pour une première édition de la Viva Tech : son échelle, son engagement sur l’intégration verticale, et l’identification du public à l’industrie d’innovation. Par conséquent, nous sommes convaincus que la France est prête pour la mise à niveau industrielle, et nous l’attendons avec impatience !

De plus, The Bridge nous a offert la possibilité de présenter nos produits aux Français dans l’aire de présentation de la French Tech Culture au sein du salon. Il s’agissait d’une première présentation publique d’aniComic en France, et l’échange avec le public nous a été précieux.

Nous avons également, à l’occasion de la Viva Tech où près de mille entreprises proposent divers services d’innovation, rencontré des équipes travaillant dans le même domaine que nous. Nos échanges et nos discussions portant sur la future collaboration nous ont beaucoup inspiré.

En interne, nous nous étonnions de voir à quel point The Bridge comprenait l’équipe et le produit d’aniComic. Il a résumé, d’un point de vue français, la configuration et les caractéristiques d’aniComic, ce qui nous a fait croire que nous avions un responsable de produit professionnel dans l’équipe. Il a pu réfléchi à la place d’aniComic dans l’organisation des rencontres avec le type d’équipe, d’entreprise et d’industrie qui nous soit pertinent. De plus, The Bridge disposait d’un vaste réseau de contacts qui leur a permis de faire venir des tuteurs, qu’ils s’avèrent une véritable source d’inspiration pour nous. Un autre point à signaler est la couverture médiatique que nous avons pu profiter à l’aide de The Bridge. L’attention des médias captée à travers nos rencontres avec la ministre de la culture, le maire d’Avignon, et le président du Grand Avignon nous oblige à nous former au niveau de l’opération de relation publique.

D’autre part, une colocation a été prévue avec d’autres équipes françaises d’innovation inscrites dans le projet Living Lab, avec qui nous avons vite fait connaissance, partagé des expériences, et élargi la vision de chacun grâce à cette initiative.

Nous sommes très reconnaissants à The Bridge pour tous les efforts qu’il a engagés pendant cette visite.

En résumé, The Bridge était un accélérateur professionnel au niveau industriel, médiatique, et organisationnel. Avec leur aide, aniComic est devenu beaucoup plus attirant pour les Français.

La distinction la plus importante entre un accélérateur français et celui à Taïwan réside dans leur méthode d’accompagnement. Alors que les accélérateurs taïwanais n’offrent que des espaces de travail ou des ressources, The Bridge nous accompagne d’une manière personnalisée. Il concentre l’attention d’abord sur des caractéristiques du produit et de l’équipe, puis, se met à la place de l’équipe, conçoit un projet de développement logique et idéal, y engage des ressources, pour que finalement, l’équipe d’innovation puisse faire un progrès significatif. Le fait d’avoir un accélérateur aussi passionné par le succès de l’équipe que tous ses membres, est pour nous, une expérience inédite.

JPEG
Les participants et animateurs du Living lab avec la ministre de la culture, Mme Audrey Azoulay (centre) Crédit photo : Fabrice Sabre

Quels sont vos projets de développement maintenant ?

A l’aide de The Bridge, nous avons assuré le rôle utile et pertinent que pourra jouer aniComic dans l’éducation, dans l’industrie français de bande déssinée, médiatique, etc. De plus, l’idée d’aniComic correspond à l’objectif de mêler la culture traditionnelle et la technologie.

Comme nous souhaitons renouveler notre participation au Festival d’Avignon l’année prochaine, The Bridge a tenu une conférence avec Vaucluse Développement, avant la fin du projet, sur la faisabilité d’insérer aniComic dans le marché français. A l’aide de Vaucluse Développement, nous allons demander une « carte compétences et talents » auprès du Bureau français de Taipei pour retourner en France, continuer l’aventure d’aniComic, et aboutir à l’objectif que nous avons défini avec The Bridge.

Nous allons ramener aniComic en France, y découvrir davantage de possibilités, préparer notre participation à la prochaine édition du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, et mettre aniComic sur la scène internationale. Nous espérons d’apporter plus d’occasions pour les créateurs français, et présenter leurs œuvres à tout le monde.

JPEG
Adaptation de l’application pour Avignon . crédit : aniComic

Cette interview a été réalisée par Jean-François Danis, conseiller au ministère de la culture à Taiwan et traduite en chinois par Yang Hao, assistant des attachés culturels du BFT.

Dernière modification : 13/10/2016

Haut de page