La France à l’écoute de la diversité européenne

N°26 - Juin 2008

La Saison culturelle européenne, une première de grande envergure organisée par la France à partir du 1er juillet, constitue une chance exceptionnelle de découvrir la diversité créatrice des 27 Etats membres. Elle est aussi emblématique de la Présidence française de l’Union européenne, qui débutera à la même date.

Un programme de plusieurs centaines de manifestations, dans toute l’Europe et dans toutes les disciplines artistiques : 27 livres, 27 spectacles, 27 concerts, 27 expositions, 27 leçons d’histoire, des panoramas thématiques sur le cinéma, la photographie, le théâtre, le design, l’art contemporain, les musiques actuelles, le tout rassemblant les plus grands créateurs actuels, s’annonce ambitieux. Initiée avec une foule de partenaires mais en premier lieu par
les ministères de la Culture et des Affaires étrangères, la Saison culturelle européenne, du 1er juillet au 31 décembre, sera le premier acte de la Présidence française de l’Union européenne.

Placer la culture au cœur du processus européen représente une « terre de conquête », ce thème n’ayant pas été jusqu’à présent le premier abordé par l’Union européenne. Cette expérience originale a suscité une grande mobilisation et un foisonnement de projets. Le premier angle, bien représenté par le « parcours des musées », organisé dans toute la France, repose sur le patrimoine, mettant en évidence l’héritage commun européen qui s’est constitué au fil des siècles.

Le second axe se base sur la création, conçue comme un trait d’union. Des « projets tandems » regroupent des artistes de plusieurs nationalités autour d’une œuvre ou d’un thème. Il en est ainsi de la chorégraphie hip-hop franco-allemande Il était une fois, du spectacle franco-slovène Course à l’amour, de celui que prépare l’actrice française Juliette Binoche et le chorégraphe Akram Khan, du concert de jazz adaptation de l’œuvre de Maurice Duruflé pour le grand Chœur national de Lettonie…

La Saison culturelle européenne entend toucher un public averti mais aussi novice, à travers par exemple l’exposition « 27 graphistes pour l’Europe » qui sera installée dans les aéroports de Paris, ou encore lors des bals du 14 juillet où l’on dansera cette année au rythme de musiques de tous les pays membres et d’une valse créée pour l’occasion par l’accordéoniste Marc Perrone. Un partenariat a également été noué avec l’Éducation nationale afin de sensibiliser le jeune public européen, ainsi, des milliers d’apprentis de tous les pays de l’Union européenne feront un stage à la Cité de l’architecture.

En souhaitant associer toutes les régions françaises à la Présidence, des manifestations se tiendront dans toutes les villes de France et seront présentées lors des différents festivals, de Rennes à Arles, de Reims à Marseille, d’Orléans à Avignon en passant par Paris. La Saison culturelle européenne veut également rendre un hommage aux institutions, aux villes, aux centres culturels, aux ambassades, qui se sont associés pour que les événements tournent dans tous les pays. La Comédie Française elle-même effectuera une tournée dans les dix nouveaux Etats membres d’Europe centrale et orientale avec deux pièces, l’une de Molière, l’autre italienne, tandis que le ballet de l’Opéra de Paris présentera une œuvre de Pina Bausch.

D’autres temps forts sont prévus comme un tour de France de 27 réalisateurs européens, une exposition à Bordeaux sur les nouvelles formes d’habitat dans la perspective du développement durable, la publication d’un ouvrage, Les Arpenteurs de l’Europe, la mise sur Internet d’une grande fresque interactive montrant plus de 300 vidéos sur 50 années d’histoire culturelle européenne. Yann Kersalé illuminera la Grand-Place de Bruxelles, une « Nuit espagnole » animera le Petit Palais à Paris et le musée Reina Sofia de Madrid et, pour clôturer en beauté, « Dans la nuit, des images », au Grand Palais, projettera en simultané près de 150 œuvres numériques.

Néanmoins, Renaud Donnedieu de Vabres, ambassadeur chargé de la dimension culturelle de la Présidence Française de l’Union européenne, soulignant l’universalité de la culture, a tenu à souligner que ce projet « vise à rassembler les Européens, mais non à les séparer du reste du monde ! » Le lancement de la saison s’est d’ailleurs faite au pied des œuvres monumentales du sculpteur américain Richard Serra…

Sylvie Thomas

Programme complet sur le site : ue2008.fr

Dernière modification : 29/04/2010

Haut de page