La Route du Rhum 2010 : une course mythique

N° 28 - octobre 2010

JPEG - 20.6 ko
St Malo – bassin, © MOCHET Marcel

St Malo – bassin, © MOCHET Marcel

Le 31 octobre, à Saint-Malo, La Route du Rhum mettra le cap sur Point-à-Pitre, en Guadeloupe. Pour l’édition 2010, multicoques et monocoques s’élanceront de conserve vers les Antilles. Au départ : 75 concurrents, professionnels ou amateurs, répartis en plusieurs catégories. Spectacle hors norme et performances individuelles seront une fois encore au rendez-vous de cette transat française, dont le rayonnement international constitue un atout pour la promotion économique des régions concernées.

La neuvième édition baptisée La Route du Rhum-La Banque Postale s’annonce exceptionnelle. Tous les grands noms de la régate sont présents. Les plus beaux bateaux et leurs champions sont au rendez-vous : 10 Catégorie Ultime, grands multicoques de 60 pieds et plus, 10 Multi 50, 20 Monocoques IMOCA, multicoques, 25 monocoques Class 40 et 10 Catégorie Rhum, monocoques et multicoques.

La Route du Rhum est un événement sportif de voile de haut niveau, organisé tous les quatre ans, au mois de novembre. Elle poursuit notamment l’objectif de promouvoir la ville de Saint-Malo et les régions françaises de Bretagne et de Guadeloupe, ainsi que ses partenaires publics et privés qui en assurent l’organisation et le financement. Cette année encore, un important dispositif est mis en œuvre pour accompagner les marins animés par leur passion. Durant toute la traversée, l’émotion de la course est fidèlement rapportée grâce aux liaisons satellitaires établies avec les skippers.

Créée en 1978 par Michel Etevenon, cette transat de la liberté, courue en solitaire, sans escale et sans assistance, sur 3510 miles, regroupe des skippers, professionnels ou amateurs, à bord de grands voiliers monocoques ou multicoques. Avant la Route du Rhum, la voile était un sport britannique. Mais en 1978, dans l’un des bureaux d’une imposante rhumerie de Guadeloupe, aujourd’hui disparue, a germé une idée qui depuis a fait son chemin : inventer une transat française capable de rivaliser d’intérêt avec toutes les autres traversées transatlantiques, jusqu’alors anglaises. Les concurrents partiraient des côtes françaises, en automne, pour arriver sous le soleil des Antilles, en Guadeloupe.

Des rêves d’odyssée pour le public, bien sûr, mais aussi une course, parmi les plus difficiles, pour les skippers. L’itinéraire : une fois passé les remparts de Saint-Malo, les concurrents mettent le cap sur l’île d’Ouessant, puis sur le Golfe de Gascogne jusqu’aux Açores, porte d’entrée des alizés.

Vents et courants constituent des obstacles qu’il faut être capable d’affronter. Les avaries sont fréquentes et les abandons sont nombreux. Ces conditions extrêmes font de La Route du Rhum une course mythique, au cours de laquelle les grands noms de la voile se sont affrontés au fil des ans : Laurent Bourgnon, Florence Artaud, Loïc perron, Myke Birch, Philippe Poupon, Michel Desjoyeaux, et autres challengers… Un record à battre : celui du Français Lionel Lemonchois, le 6 novembre 2006, en 7 jours, 17 heures, 19 minutes, 6 secondes, à la barre de Gitana XI.

Mais il n’y a pas que des têtes d’affiches, des amateurs expérimentés, inconnus du grand public, comptent aussi réaliser leur rêve. Chaque bateau, avec son skipper inscrit dans la course, doit préalablement réaliser un parcours d’observation. « La course a toujours été ouverte à tous. Le format des qualifications a donc été adapté à l’expérience de chacun. Ceux qui ont déjà de nombreux miles en solitaire à bord de leur voilier en sont dispensés. D’autres doivent s’acquitter d’un parcours de 1000 à 1500 miles, qu’ils choisissent et programment en toute liberté », explique-t-on à la direction d’organisation de la compétition.

La Guadeloupe s’est toujours investie dans la Route du Rhum, en organisant la fête d’arrivée et de nombreuses manifestations commerciales et promotionnelles. Ainsi le Rhum est-il entré à part entière dans le patrimoine de la Guadeloupe.

Pour cette nouvelle édition, de nombreux acteurs publics et privés de l’agglomération de Saint-Malo se sont réunis autour d’un ambitieux projet avec Saint-Malo 2015. Cette initiative va permettre à la Malouine, Servane Escoffier, jeune skipper au palmarès déjà bien étoffé, de prendre le départ de la course sur un catamaran en Classe Ultime. L’objectif est multiple : affirmer l’image de Saint-Malo et de son agglomération au plan national et international, mais aussi renforcer les liens et les synergies entre les entreprises, le secteur public et le monde associatif. Rappelons qu’en 2015, Saint-Malo sera également une des villes littorales les plus proches de Paris, avec la nouvelle liaison à grande vitesse vers la capitale.

La cité corsaire de Saint-Malo se prépare activement. Le 22 octobre prochain est la date prévue du rassemblement de la flotte. Dix jours de festivités précèderont le grand départ, le 31 octobre à 13h 02, de la plus célèbre des courses transatlantiques.

Annik Bianchini

Sites Internet :

www.routedurhum-labanquepostale.com
site officiel de La Route du Rhum
La Banque Postale 2010
www.saintmalo2015.com
Saint-Malo 2015

Dernière modification : 25/10/2010

Haut de page