Le Centre d’accueil de la Presse étrangère au Grand Palais : une nouvelle ambition !

N° 41 – octobre 2008

Créé en 2000 à l’occasion de la précédente Présidence française du Conseil de l’Union européenne, le Centre d’Accueil de la Presse Etrangère (CAPE) a pris le 1er octobre dernier ses nouveaux quartiers dans l’un des lieux les plus prestigieux de la capitale française : le Grand Palais. Un déménagement à la mesure des nouvelles ambitions de ce centre qui se veut plus que jamais un outil dédié à la presse internationale, mais également et surtout un espace de liberté et de dialogue où se confrontent sans aucune restriction toutes les opinions, sans considérations politiques, religieuses ou ethniques.

Structure légère qui a la particularité d’être présidée par un journaliste, mais d’être dirigée par un diplomate, le CAPE a pour mission principale d’assurer l’accueil et l’orientation des journalistes étrangers en France et de faciliter leur travail en leur fournissant une infrastructure d’accueil dotée d’équipements professionnels. Il organise, à sa propre initiative ou en partenariat, des activités de communication ou d’information sur l’actualité nationale, européenne et internationale. Il constitue ainsi un lieu de rencontre, d’échanges et d’information à la disposition des journalistes étrangers et français.

Depuis sa création, le CAPE a globalement atteint les objectifs qui lui étaient assignés. Il offre aujourd’hui un espace d’accueil confortable aux plus de 1.300 journalistes étrangers travaillant en France, dont environ 800 sont accrédités auprès du Ministère français des Affaires étrangères. La mise à disposition gratuite d’ordinateurs et l’accès à internet représentent encore pour beaucoup de journalistes internationaux, notamment les pigistes toujours plus nombreux, une véritable mission de service public, surtout dans la mesure où celle-ci s’accompagne de conseils et d’orientations. Une quarantaine de journalistes viennent travailler chaque jour au CAPE, dont le fichier des journalistes étrangers et français dépasse les 3.000 noms.

Outre sa mission d’accueil, le CAPE s’est depuis toujours donné l’ambition de devenir un espace de liberté et de dialogue où se confrontent sans aucune restriction toutes les opinions, sans considérations politiques, religieuses ou ethniques. Cet objectif est également largement réalisé puisque le centre, en huit années d’existence, a proposé plus de 2.000 conférences impliquant près de 6.000 intervenants. La diversité des sujets proposés est un calque fidèle de celle des rubriques dans les médias, avec une forte proportion de sujets liés à l’actualité internationale (notamment le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie). Les autres thèmes les plus souvent évoqués ont été les droits de l’Homme, la protection de l’environnement, l’aide humanitaire, et la liberté de la Presse.

Alors qu’aujourd’hui l’information est de plus en plus délivrée en temps réel, les conférences de presse, d’une durée moyenne d’1h30, ont permis d’aborder en profondeur certains sujets délicats, mais également d’avoir des échanges sérieux avec un public de journalistes, par définition cosmopolite. Malgré sa composition où l’Etat est majoritaire, le CAPE s’est ainsi positionné comme un lieu de débats très libres, ouvrant ses portes à toutes les opinions, notamment celles de groupes d’opposition dans leurs pays, ainsi qu’à des associations dont certaines des positions peuvent diverger de celles du gouvernement français.

Des grands noms de la politique internationale sont venus au CAPE tels Mikhaïl Gorbatchev, Hugo Chavez, Boutros Boutros Ghali, Ingrid Betancourt, Evo Morales ou le Général Michel Aoun… mais aussi du monde de la culture ou du sport. Certains ministres français ont également recouru au CAPE pour expliquer leur politique.

Un avenir prometteur !

La nouvelle ambition du CAPE s’affiche clairement avec cette magnifique adresse du Grand Palais, « lieu géométrique » d’un espace, à Paris, où l’on trouve des centres de pouvoir, des médias importants et nombre d’ambassades. Les locaux sont situés dans l’aile Sud du bâtiment, le long du Cours la Reine, face au Pont Alexandre III. Sur deux niveaux et pour une surface de 500 m2, les journalistes disposent en rez-de-jardin d’une salle de presse équipée de 24 ordinateurs et, au rez-de-chaussée, d’un vaste espace convivial comprenant à la fois une salle de conférence de 60 places et un bar avec restauration légère, décorés avec soin. La polyvalence du lieu favorisera des formules telles que les petits déjeuners ou les déjeuners de presse ainsi que les réceptions et l’organisation d’événements. Par ailleurs, l’Etablissement public du Grand Palais mettra à la disposition du CAPE un auditorium ultra moderne de 100 places, situé au premier étage. Des personnalités importantes de stature nationale ou internationale devraient y être accueillies en nombre croissant.

Profitant de ce nouvel élan, le CAPE a également prévu d’élargir son champ d’activités. Au plan international, le centre cherchera à accroître le nombre de conférences traitant de l’Europe, notamment grâce à la Présidence française de l’Union Européenne, ainsi que des Amériques et du Maghreb. Des synergies plus étroites devraient être mises en place avec le ministère des Affaires étrangères, désormais géographiquement très proche. Pour répondre au souhait du ministre de faire s’exprimer davantage à l’extérieur les ambassades comme les directeurs d’administration centrale, ceux-ci pourraient venir exposer au CAPE les éléments directeurs de leur action devant la presse internationale. L’économie, la culture, la sécurité, la santé et le sport doivent également être plus présents. La nouvelle variété des formats dans les différents locaux devrait intéresser les ministères, les associations de journalistes et les entreprises dans leurs actions de communication. La proximité de la Grande Nef, des galeries du Grand Palais et de l’auditorium pourrait enfin créer des synergies avec les évènements, les grandes expositions et les projets de film s’y déroulant.

En complément, le CAPE a mis en ligne un site internet de qualité (www.capefrance.com) à la forte composante audio, et vidéo, avec un agenda des conférences. L’augmentation de la fréquentation de ce site, notamment grâce à l’ensemble de ses liens, constitue une priorité essentielle.

Avec de nouveaux locaux et de nouvelles ambitions, le CAPE se donne ainsi les moyens de renforcer son rôle de « facilitateur de l’information » et devrait aisément confirmer son statut, en France, de premier organisateur de conférences à caractère général.

Dernière modification : 29/04/2010

Haut de page