Remise des Insignes de Chevalier de la Légion d’honneur

Le 24 octobre, le directeur du Bureau Français de Taipei, M. Bonneville, a remis les insignes de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur à M. KUO Wei-fan, président du Centre culturel national Chiang Kai-Shek. La cérémonie a réuni de nombreuses personnalités taiwanaises dont le ministre de l’Education. Ci-après le discours du Directeur après avoir salué le ministre, l’intéréssé ainsi que le public.

JPEG - 127.2 ko

C’est un immense plaisir pour moi de rendre aujourd’hui cet hommage particulier à un grand ami de la France, Monsieur KUO Wei-Fan par la remise des insignes de Chevalier dans l’ordre national de la Légion d’Honneur.

JPEG - 70.9 ko

La Légion d’Honneur a été créée par le décret du 19 mai 1802, sous Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, pour récompenser les mérites exceptionnels de celui qui la reçoit. Il s’agit de la plus haute distinction française, qui récompense des personnes en France et dans le monde, pour leur courage ou leur action en faveur des valeurs que nous pensons universelles, dans le respect de la diversité des cultures.
C’est pour cette raison que nous sommes réunis aujourd’hui pour cette reconnaissance de France pour votre action continue en faveur du rapprochement entre la France et Taiwan depuis presque cinquante ans.

Permettez-moi de retracer votre parcours personnel et professionnel.
Vous êtes né à Tainan dans le sud de Taiwan et, grâce à une bourse du ministère taïwanais de l’Education, vous avez fait vos études à Paris, ce qui vous a permis d’obtenir un doctorat de philosophie de l’Université de Paris en 1962. À cette époque vous vous intéresser à la situation des élèves handicapés mentaux.

Lors de votre retour à Taiwan, au moment de la mise en place de l’éducation obligatoire pour une durée de neuf ans, vos études ont en particulier conduit à la tenue d’un colloque sur l’éducation spécialisée qui a fait date à Taiwan et a débouché sur la création d’un premier programme taïwanais d’éducation spécialisée, à la suite duquel une loi a été promulguée en 1984.

Lorsque vous fûtes nommé Président de l’Université nationale normale de Taiwan, vous avez créé le centre d’apprentissage de langue française qui obtiendra par la suite le label « Alliance française » (jusqu’en 2000). Malgré le changement de statut, ce centre est encore aujourd’hui l’un des centres d’apprentissage les plus importants à Taiwan en termes de nombre d’étudiants.

JPEG - 135 ko

De 1988 à 1993, vous êtes Président du Conseil national des affaires culturelles. Dans cette fonction vous avez tenu à valoriser la professionnalisation de la gestion des affaires culturelles et recruté à cette fin un enseignant français en disponibilité pour s’inspirer du modèle français. Cette volonté de développer des liens professionnels trouve alors un écho très favorable ministère français de la Culture et de la Communication. Les conditions étaient réunies pour développer la coopération franco-taïwanaise. Concomitamment, vous avez lancé le projet de création des centres culturels à l’étranger, à New York et à Paris.

Après trois ans à la tête au Ministère de l’éducation, vous êtes nommé à la tête du Bureau de représentation de Taipei en France. À ce poste, de 1997 à 2000, vous avez contribué formidablement au renforcement des relations entre la France et Taiwan, en particulier dans le domaine culturel. En France, cette période fut le cadre de grandes manifestations qui ont permis au public français d’apprécier les artistes taïwanais et la richesse des collections de Taïwan. On se souvient tous de l’extraordinaire exposition « Mémoires d’empire – Trésors du Musée national du Palais, Taipei » au Grand Palais et l’invitation de huit compagnies taïwanaises au Festival d’Avignon dans le programme IN (1998) et de plusieurs compagnies taïwanaises lors de l’édition 2000 de la Biennale de la danse de Lyon.

Aujourd’hui, en tant que Président du Centre culturel national Chiang Kai-Shek, vous contribuez plus que jamais à la qualité des échanges franco-taïwanais. La venue de la Comédie Française en novembre prochain en est un parfait exemple.

JPEG - 155.2 ko

Pour l’ensemble de ces raisons, pour cette contribution en faveur du rapprochement entre la France et Taiwan, le Président de la République en vous faisant, sur ma proposition et sur celle du Ministre des Affaires étrangères et européennes, Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur, a voulu vous exprimer la reconnaissance de la République française.

Cher KUO Wei-Fan, au nom des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur./.

Dernière modification : 27/10/2011

Haut de page